Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 juin 2009

L'ECOLE MATERNELLE 42 RUE DES MARONITES PARIS VINGTIEME ARRONDISSEMENT N'EST PLUS

 

Ecole Maternelle - Rue des Maronites.jpg

 

A Guy Darol, qui fut élève de cette école, dans les années 1950, auteur d’un livre émouvant, Héros de papier véritable éloge de la lecture et de la venue à l’écriture.

 

 

I

 

Dans  cette école maternelle, les classes ne sont plus assurées, l’administration de l’éducation nationale y a mis terme. Mais le corps de bâtiment est toujours là, debout, ses murs solides, en pierres grises pâles, montées en  faux morceaux de sucre et enrubannées dans leurs façades de liserés de briques rouge-rose, cette couleur que l’on attribue souvent  au féminin, dont les mamans, il n’y a pas si longtemps, aimaient faire porter par leurs filles. Corsages roses, contrastés bien souvent avec la jupe marine, taillée de mains souples par des mères inquiètes de vouloir donner la meilleure image de leur progéniture. De ces murs de l’école, montent encore les cris joyeux des angelots mominards parisiens, des pleurs aussi, des appels poignants aux mamans et papas s’élèvent au-dessus de la petite cour de récréation séparée d’une autre cour, celle des grands de la Communale, par un muret pas trop haut, cependant suffisamment pour faire croire à ces petits que c’est infranchissable. Cette bâtisse est la mémoire de tout le quartier de l’îlot de la rue du Pressoir. Long rectangle magique, où des milliers d’enfants, de générations en générations, hommes et  femmes aujourd’hui, ont fait l’apprentissage de la langue et de l’écriture ! Si l’école maternelle demeure, ces salles de classes ont depuis peu, d’autres fonctions. Dorénavant elles servent d’annexes et de bureaux. C’est lors des dernières Portes Ouvertes d’Ateliers d’Artistes de Ménilmontant que j’ai eu le privilège de découvrir l’intérieur de l’école et sa cour, où Guy Darol, tout jeune enfant, élabora ses premiers plans de jeux, édifia ses premières barricades, ne se méfiant pas à priori de certaines institutrices, apparemment douces, et inventa de nouveaux westerns d’où sortaient toujours vainqueurs, les indiens, ses favoris. C’est dans l'une de ces classes qu'il travailla ses cours  d’élève assidu. Et n’oublia jamais le merveilleux souvenir de Blanche Neige et les sept nains, projeté dans une grande salle, sur la gauche, en entrant par la rue des Maronites,  salle qui jouxtait un vaste dortoir. Salle fée. Blanche-Neige est une princesse dont la très grande beauté rend jalouse la Reine, sa belle-mère, qui ordonna son assassinat. Epargnée mais abandonnée dans la forêt, elle trouve refuge chez sept nains qui l’intègrent à leur communauté. L’action débute lorsqu’un jour, la Reine interrogeant son miroir, celui-ci lui répond que la plus belle du royaume est dorénavant la princesse Blanche-Neige. Peu après, celle-ci, alors qu’elle lave l’escalier du château tout en chantant, est aperçue par un prince, qui, ébloui, lui chante son amour.

C’est aussi, dans une de ces classes, que naîtra, pour Guy Darol, le goût et la passion de la lecture, les devoirs bien fait et le long début du métier de lire et écrire dont il témoigne avec beaucoup d’émotion dans son livre Héros de papier : « La lecture était ma bouée, radeau de survie ; également mon tapis volant. Je me cramponnais… Une échappatoire, à ce que l’on dit. Il est vrai que je me caltais sur le torrent des mots. Leurs cascades, leurs écueils, les visages en épingles, tout me secouait de frissons. Chaque histoire avalée me laissait sur le sable, tristounet. Mais la promesse d’une suite me regonflait de joie. Je ne sais comment tout arrivait. Quel chemin arpentait mon père pour m’approvisionner ? Qu’est-ce qui le dirigeait ? Ses goûts étaient les miens. Il se mit à lire, lui aussi, à dévorer, à se goinfrer, sacrifiant sa femme sur l’autel de la boulimie. Nous fûmes bientôt dans le même lit, environnés de bouquins, éblouis de mots, de lumières. C’est par la ruse que j’ai vaincu, par la fugue que je m’en suis allé . Avec la nuit, j’ai feinté. Les trouilles n’en sont pas toutes parties, mais la lecture m’étant permise, j’en abusais, et je confondais mes parents qui voyaient dans cette griserie un penchant  à sortir du rang.  Issus de Bretagne, ils me souhaitaient plus noble sort. Ça j’étais averti. Etant  donné mes origines, enracinées à des lopins, il fallait pour m’en arracher, doubler d’effort, travailler dur. D’où tu viens, on me répétait, il faudra faire tes preuves. «  J’étais tiré à quatre épingles ; le cheveu court, chemise, cravate. Chaussures vernies. On me croyait des grands boulevards, je descendais des chemins creux ; terre battue astiquée au balai de genêt ; fermes basses. « Si tu ne veux pas apprendre, on me disait, tu garderas les vaches. De Dieu, cette perspective m’aiguillonnait. Je ne voulais pas finir bouvier, tirer les patates, pousser le soc. Mes parents n’avaient pas eu de chance. Ils trimèrent à l’âge de douze ans. L’école en avait assez fait. Ils  savaient lire, écrire, compter. Leur place était à la charrue. Ils eurent le sursaut de s’enfuir. J’ai mal à les imaginer, patoisant gare Montparnasse pour demander ligne de bus ou de métro. Paris fut leur Eldorado. Et c’est ainsi que je suis né en bord de Seine, à l’Hôtel-Dieu, le pied fluvial et la tête toute emplie d’oiseaux. Et c’est ainsi que j’ai grandi dans le souvenir des vignes de Ménilmontant, rue du Pressoir. Quatrième étage. Les fenêtres étaient peintes de bleu, celui des charrettes agricoles. Aussi vite, j’aurais pu émerger à New York ou à Dublin, c’était possible. Par Joseph, j’ai du sang d’Irlande...» «Joseph s’arrogea de m’élever dans le culte du verbe acrobate, et le respect de l’arbre qui porte l’oiseau et qui touche le ciel. Il m’étoffa d’un lexique champêtre, le modulant un peu d’argot et de langue gallèse».

 

Héros de papier.jpg

 

 

II

 

ECOLE DE LA REPUBLIQUE

DE LA DEMOCRATIE ET DE L’EMANCIPATION

 

 A l’heure où l’école, l’éducation, l’enseignement sont au centre du combat public, que l’avenir des enfants est l'une des principales préoccupations d’une majorité de nos concitoyens, au moment où l’on assiste à d’importants mouvements sociaux, notamment de la part des enseignants qui contestent la réforme gouvernementale de l’éducation nationale dans le cadre de sa politique de décentralisation, il semble opportun de traiter l’histoire de l’école républicaine, obligatoire, gratuite et laïque. Le savoir reste le seul élément qui donne à l’individu l’émancipation, le sens de la responsabilité, la capacité d’être libre. L’ignorant sera toujours dépendant de quelqu’un, d’un groupe, d’un dogme. Ce n’est pas un hasard si l’accès à la connaissance fut difficilement accordé au peuple, car ce droit de savoir, pendant trop longtemps accordé à une élite, avait pour seule finalité de servir ceux qui détenaient le pouvoir. Voltaire qui a marqué son empreinte dans le combat des libertés, en dénonçant le fanatisme religieux, l’absolutisme royal et les insuffisances de la justice, s’interrogea pourtant sur la nécessité de permettre aux paysans d’apprendre à lire et à écrire, alors, disait-il, que la seule tâche qui leur était prescrite était de labourer et semer les champs. Un état d’esprit qui peut surprendre de la part d’un intellectuel engagé pour le progrès et qui, toutefois, est très significatif des pesanteurs que représentent certaines formes de préjugés. On sait que  le combat  pour l’égalité des droits n’est pas facile. L’histoire montre qu’il a fallu bien des engagements et beaucoup de détermination  pour imposer l’école de la république et de la démocratie. Au regard du conflit qui oppose une grande majorité des enseignants au gouvernement, concernant la réforme de l’Education Nationale dans le cadre de la politique de décentralisation, aujourd’hui, le sujet reste sensible et prioritaire, car si l’école est obligatoire pour tous, l’égalité des chances d’assurer son avenir par la connaissance est loin d’être réalisée. En période de crise profonde où précisément les injustices sont fortes, l’effort de la collectivité citoyenne et ceux de l’Etat pour apporter des réponses aux plus défavorisés  est une obligation civique. C’est là, l’essence même du rôle de l’école démocratique. Bienvenu Merino

 

maronites.jpg

 



 

 


 

 

Commentaires

Grâce à vous monsieur bienvenu, je suis retournée,(avec beaucoup d'imagination
rue des maronites.)Pour accompagner mon petit frère à l'école Maternelle. A
cette époque il y avait beaucoup d'enfants;(1951-1952.)L'école ne fonctionne
plus, à l'heure actuelle.Quel est le motif ? en ce qui me concerne je suis hostile
à la fermeture d'école d'une façon générale.Car la tragédie, serait de fermer les
écoles, et d'ouvrir des prisons!!(ce qui est prévu, dans un avenir proche.)Cette
Maternelle, c'est notre petite enfance, c'est notre quartier. C'est avec un peu
d'amertume, que j'écris ce commentaire. Que de souvenirs! j'avais une
camarade de classe yvette qui habitait au n° 40, de la rue des maronites, au
dessus d'une épicerie-primeurs.Epicerie dans laquelle, nous allions parfois.
Nicole Bourg.

Écrit par : Nicole Bourg | 08 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Nicole Bourg . Je vais essayer d'être bref, car parfois c'est simple mais aussi un vaste problème, les fermetures d'écoles. Pour l'école maternelle de la rue des Maronites, je ne connais pas la raison de sa fermeture. Cependant, en général, les mesures de carte scolaire du premier degré consistent à ouvrir ou fermer des écoles et des classes, ou encore à regrouper des écoles. Il s'agit d'une compétence partagée entre l'Etat et les communes. Chaque année, le Conseil départemental de l'Education Nationale(C.D.E.N.) est consulté à propros des propositions d'ouvertures et de fermetures de classes. Le C.D.E.N. est composé du Préfet, des élus, des représentants des personnels et des usagers, notamment des parents d'élèves.
Vas-on vers une augmentation sysématique de la taille des structures et une privatisation de l'école maternelle? Depuis 2003 nous sommes confrontés à des maires(généralement sénateurs ou députés) qui demandent eux-mêmes la fermeture d'une de leurs écoles, tantôt maternelle, tantôt élémentaire. Parfois certains maires, renoncent devant la pression des parents(St Jean de Brayes, Loiret). Le but officiel varie: 1)depuis, créer un accueil petite enfance(comprenenez garderie communale, en général gratuite, au moins dans un premier temps). 2) en passant par la création "de classes passerelles"(comprenez: classes à mi-temps et à faible effectif, du moins au début, jusqu'à rationaliser les structures. 3) Pour d'autres, c'est le prétexte de travaux qui permet de fermer une école. Cette démarche a pour effet déloigner les enfants de l'école, d'augmenter la taille des structures restantes. En général, moins d'enfants peuvent être accueillis ds la nouvelle structure. on peut parler de municipalisation de l'école maternelle. Alors que tous les pays d'Europe nous l'envient, nous allons vers une dégradation de ce service public. Ira-t-on jusqu'à une privatisation?

Écrit par : Mr MERINO | 08 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Je voulais vous dire, que je confirme que le livre "Héros de papier"de Guy Darol
est un livre bouleversant,une grande bouffée d'air frais, un petit bijou!Il est noté
au dos du livre, que la littérature n'est pas réservée à certains, mais destinée à
tous ceux, qui découvrent qu'un livre, même le plus modeste, est un précieux
talisman. Ce livre m'a été offert au mois de décembre 2008. D'abord une
première lecture rapide, puis une seconde lecture, en décortiquant les mots...
c'est un régal! ce récit est vraiment l'éloge de la lecture.Je vous suggère de
goûter à ce livre, sans modération, à l'ombre d'un Pin parasol......

Nicole Bourg

Écrit par : Nicole Bourg | 09 juin 2009

Répondre à ce commentaire

bonjour, bienvenu Mérino.cet exposé est très explicite; je connais un peu le
problème pour avoir milité pendant des années,aux côtés de certains enseignants
pour préserver l'école de la République pour tous.Il y a une dégradation de
l'école publique c'est certain! Quant à la privatisation éventuelle de nos écoles
publiques, je le crains... puisque Madame morano envisage petit à petit de
(transformer la maternelle) en garderie payante! pour les petits.
merci encore, bienvenu Mérino.
je vous souhaite une agréable journée. bien cordialement.
nicole bourg

Écrit par : Nicole Bourg | 09 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Elle est si proche de chez moi, cette rue des Maronites. Toujours pavée. j'ai découvert une marchande de fleurs ; son magasin est original. Je m'y sens bien.

Écrit par : Armide | 23 septembre 2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.